Rétribution de réseau

Les propriétaires des panneaux solaires doivent payer, à partir du 1ier janvier 2013, une rétribution de réseau.
Cette rétribution compte pour toutes les installations, autant pour les nouvelles que pour les existantes.
comme propriétaire vous avez deux choix: payer une somme forfaitaire par kilowatt (kW) ou placer un compteur intelligent et payer pour ce que vous enlever et injecter concrètement.

Qu'est-ce que c'est une rétribution de réseau? 

La rétribution de réseau est une rétribution que vous devez, tant que propriétaire d'une installation de panneaux solaires plus petite que 10 kW, payer puisque vous utilisez le réseau d'électricité. Cette rétribution est acquittée via votre facture d'énergie.
L'acquitation peut se faire de deux manières:

1. La somme forfaitaire
Vous payer une somme forfaitaire par kW installé. Le montant par kW est déterminé par votre gestionnaire de réseau. Selon "De Tijd", IMEA est le moins cher avec 43,99 euros et Gaselwest le plus cher avec 68,90 euros. La moyenne est de 53 euros. Une installation particulière "moyenne" coûte à partir de cette année 238,50 euros.

Cliquez ici pour un aperçu par gestionnaire de réseau 

2. Un compteur supplémentaire
Vous pouvez toutefois opter pour installer un compteur supplémentaire. Alors, vous ne payez pas une somme forfaitaire, mais le calcul est fait sur base de ce que vous injecter sur le réseau (rétribution d'injection) et de ce que vous y enlevez (frais de distribiution normal).

Qu'est ce qui est le plus avantageux pour vous?

Selon la Commission de régulation de l'Electricité et du Gaz (Creg), ceci dépend de votre consommation. Leur simulation montre que ceux qui utilisent directement plus que 78% de leur propre électricité, feront mieux de placer un compteur additionnel. Utilisez-vous moins que 78%, il est mieux de payer une rétribution forfaitaire.

"Forfaitaire est souvent le meillleur"

"La plupart des gens utilisent de l'énergie le soir, donc à des moments où ils génèrent moins d'énergie solaire," dit Jo Liebens de Infrax dans le "Belang van Limburg". "Ils sont donc mieux de payer la rétribution fixe, sinon ils doivent encore payer la rétribution de réseau normale pour les moments où ils utilisent du courant."
A en tenir compte: dépendant de l'installation, un compteur additionnel coûte entre 180 et plus que 300 euros, a calculé "De Tijd".

Le secteur plaide pour un compteur additionnel

L'organisation du secteur PV-Vlaanderen plaide, dans un communiqué de presse, exactement pour un tarif d'injection sur base de mesures correctes. "Le secteur photovoltaïque exige, dans l'intérêt du consommateur, un montant approprié qui est basé sur l'existant tarif d'injection approuvé pour la basse tension. Ce tarif varie, dépendant le gestionnaire de réseau, entre 0,31 et 0,67 eurocent par kWh. Pour une famille moyenne avec des panneaux solaires de 4 kWc, ceci signifie un montant entre 7 et 15 euros par an."

"Des rétributions hors proportions"

"Les montants, antérieurement mentionnées dans la presse, sont 20 fois plus haut. Pour comparer: le tarif d'injection actuel pour des centrales nucléaires est aujourd'hui à pei près 3 cents par kWh d'énergie injectée. Chaque prélèvement plus haut serait donc discriminant et signifie que l'énergie verte est taxée plus que les technologies polluantes". 

 
  Home  
 
  Luc De Kock SA  
 
  Travaux de toitures  
 
  Panneaux solaires  
 
  Sanitair  
 
  Nouvelles  
 
  Zone client