La construction énergétiquement neutre

D'ici 2021, toutes les nouvelles habitations, immeubles de bureaux et usines en Europe devront être énergétiquement neutres (ou presque). Cette réglementation suscite évidemment la réflexion si la construction neuve deviendra ainsi inabordable? Les architectes et les entrepreneurs pourront-ils encore suivre toutes ces évolutions et quelle est la différence exacte entre une habitation énergétiquement neutre et passive?

Tous les habitations, immeubles de bureaux, usines, écoles... devront être quasi énergétiquement neutres à partir de 2021. Exprimée en niveau E, cette obligation de construction énergétiquement neutre implique que nous devons évoluer de l'actuel E80 à un niveau se situant entre E30 et E10 dans un délai de 10 ans. L'étape redoutée par les architectes du passage du E80 au E70 avant fin 2012 et probablement E60 d'ici 2014 n'est qu'une bagatelle en comparaison.

Pour construire de manière "énergétiquement neutre", nous devons produire autant d'énergie que nous en consommons. Cela n'a absolument rien à voir avec le fait que notre bâtiment ait été conçu de manière efficace d'un point de vue énergétique. Un bâtiment avec du simple vitrage et sans isolation dans les murs peut aussi être énergétiquement neutre, mais alors le propriétaire devra produire plus d'énergie pour atteindre cet objectif. Pour travailler judicieusement de manière énergétiquement neutre, il est préférable de veiller d'abord à ce que notre habitation consomme moins d'énergie. Ceci peut être réalisé en associant le niveau d'isolation de l'habitation au principe de la neutralité énergétique.

Avant la réduction du niveau E à E80 le 1ier janvier 2010, 40% des Flamands construisaient déjà avec un niveau E inférieure à cette norme. Indépendamment du niveau E, il faut aussi étudier le niveau d'isolation. Avec une isolation de 8 cm dans les murs creux et de 15 cm dans le toit en pente, nous pourrions penser que nous sommes en bonne voie, mais en comparaison avec d'autres pays européens, nous faisons piètre figure. Ce n'est qu'en améliorant drastiquement les valeurs d'isolation dans le sol, les murs et le toit que nous réduisons le plus la demande énergétique et c'est un investissement qui est assez rapidement rentabilisé. Il ne faut pas perdre de vue que l'isolation est un investissement à effet permanent, tandis que les solutions techniques pour réduire le niveau E sont de nature éphémère.

 
  Home  
 
  Luc De Kock SA  
 
  Travaux de toitures  
 
  Panneaux solaires  
 
  Sanitair  
 
  Nouvelles  
 
  Zone client